mercredi 11 février 2009

Compte rendu du café philo sur le bio


Les notes du café philo sur le bio ayant été perdues, de mémoire et par bribes, quelques réflexions…
Pour tous, manger, bio c’est bien. C’est aussi bon que le non-bio, voire meilleur pour certains produits. Le gros problème du bio, c’est le prix : pas facile pour toutes les familles de manger bio, car ces produits sont plus chers. En effet, l’offre est plus importante que la demande et les grandes collectivités comme notre cantine, n’arrive pas toujours à trouver des producteurs de bio qui fournissent des grandes quantités. En plus, c’est cher !
Outre le bio, il faut favoriser les « circuits courts ». En effet, manger des tomates bio qui viennent d’Afrique du Sud pose quelques problèmes de « bilan carbone », c'est-à-dire qu’il faut aussi prendre en compte la quantité de énergie qui a fallut utiliser pour faire venir ces tomates jusqu’à chez nous. Pour pallier cette difficulté, on voit se développer la pratique des « paniers fermiers ». Un panier est le plus souvent constitué de légumes, mais peut aussi contenir des fruits, des œufs, du fromage, de la viande, des légumes secs... selon l'activité du maraîcher.
La famine et le bio : pour certains, si tout le monde mangeait bio, on aurait un problème de famine, pour d’autres, au contraire, développer le bio et les cultures vivrières permettraient d’éviter l’exode rural dans les pays pauvres et de recréer du lien dans les sociétés rurales des pays pauvres en évitant d’aller s’entasser aux abords des grandes métropoles, dans des bidonvilles où les conditions de vie des habitants sont dramatiques.

4 commentaires:

Pierre 6e1 a dit…

Pour moi le bio c'est bien pour la planéte

Tomy a dit…

Je vois qu'il y a des fidèles au Café Philo, des jeunes qui viennent toutes les semaines !

C'est sympa...

LOOL a dit…

Ji ete c t bien mé le bio sa change ken mem 2 lordinère

Anonyme a dit…

=) yA Bocou De 6°4 :)