jeudi 27 décembre 2012

"Le petit coeur brisé" de Moka

  Moka est née en 1958 au Havre. Elle a publié quatre romans pour adultes. Elle s'est consacrée à la littérature de la jeunesse depuis 1989. Elle écrit des livres de type fantastique et d'angoisse. Ce sont ses goûts qui l'ont poussée à écrire des histoires sur des énigmes, du suspense et du surnaturel. Mais ses livres ne parlent pas tous de forces maléfiques. Moka a aussi écrit des livres pour les petits qui évoquent le bonheur et le malheur de la vie des enfants. Comme livre elle a écrit : "Ah la famille !", "Je m'excuse", "Bon à rien" etc.
Quelques livres de Moka
        Le livre "Ah la famille » commence avec un arbre généalogique que Céline devait faire pour l'école. Elle ne savait pas qui mettre dans la case papa, soit Nicolas qu'elle appelle papa, soit son vrai père. Et ses grands-parents qui vivent au Canada, elle ne connaissait même pas leurs prénoms! Céline commença une enquête et découvrit qu'elle descendait des Sioux!
        Le livre "Je m'excuse."parle de Bruno, un petit garçon qui fait les courses tranquillement. Et puis voilà ça se gâte. Une dame de mauvaise humeur fait tout un drame parce que le petit garçon a dit "je m'excuse" au lieu d'"excusez-moi". Et cette histoire inquiète Bruno parce qu'il veut être acteur plus tard. A partir de ce jour, Bruno décide de mieux s'exprimer. Mais sa nouvelle manière de mieux s'exprimer ne plait pas à tout le monde.
        Et le livre "Bon à rien" parle de Sydney qui ne veut plus d'amis. Il a eu trop de peine quand ses parents ont décidé de quitter le cirque Thierry pour aller travailler sous un autre chapiteau. C'était trop dur de dire adieu à ses amis...

        Le livre de Moka que j'ai lu s'appelle "Le petit coeur brisé". Il parle d'une petite fille, Mélaine, qui a perdu ses parents à un an, puis son grand-père à quatre ans. Aujourd'hui, à onze ans, c'est sa grand-mère Clarisse d'Avillon-Faucher qui vient de mourir. Mélaine hérite de la fortune de sa grand-mère. Puis elle est hébergée chez ses deux tantes Heidi et Gretchen deux photographes qui ont fait quatre fois le tour du monde. Dans un album photos de sa grand-mère, Mélaine découvre une fille inconnue qui porte autour du cou un médaillon en forme de cœur. Mélaine a hérité de sa grand-mère un pendentif en forme de cœur cabossé et brisé. Qui est la petite fille ? Qu’est-il arrivé au médaillon pour qu'il soit aussi abimé ? Pour le savoir, Mélaine va devoir déterrer les sombres histoires de famille et affronter des dangers.

        Mélaine ne parle pas beaucoup, et personne ne vient lui parler. Elle a l'impression d'être invisible. Elle avait l'habitude de déjeuner à la cantine et de diner à la cuisine. Mélaine avait de longs cheveux châtains, sa peau était blanche, ses yeux enfoncés, le nez sans caractère et ses lèvres étaient trop minces. Comme elle était très maigre elle en était presque déformée : une épaule plus haute que l'autre, des jambes comme deux cannes et des pieds gigantesques pour une si petite taille.
J'ai choisi de présenter cette histoire car le début parle de Mélaine. Elle restera le personnage principal tout au long du livre. L'histoire commence réellement lorsque Mélaine hérite le médaillon.
        J'aime ce livre car il a beaucoup de suspense. Quand je suis en train de le lire, je n'ai plus envie de m'arrêter car il y a toujours plein de surprises auxquelles je ne m'attendais pas.
        Le défaut de ce livre serait la fin de l'histoire quand il y a la bagarre à côté du manoir. Il faut faire attention à ce qu'on lit pour ne pas se tromper dans les personnages.
        Le passage du livre que j'ai le moins aimé serait le moment où Gretchen et Heidi ouvrent l'album photos. Elles n'ont pas voulu que Mélaine voit ce qu'il y avait d'écrit sur les papiers journaux et c'est elle qui a dû aller regarder elle-même.   
        Le passage que j'ai sélectionné :
 "Mélaine alla se coucher. Et dormit d'un sommeil sans rêves. Une main la secoua. Mélaine ouvrit les yeux. C'était Brigitte, la bonne.
- Habille-toi, dit-elle.
Brigitte se balançait d'un pied sur l'autre, hésitante. Puis, brusquement, elle plongea la main dans la poche de son tablier de service. Elle s'approcha de la petite fille et la saisit par le poignet. Mélaine eut presque peur. Brigitte glissa sa main dans la sienne. Mélaine sentit quelque chose dans sa paume.
-Tiens, dit Brigitte. C'est pour toi. Mélaine regarda dans sa main. C'était un pendentif en or au bout d'une chaine. Mélaine ne l'avait vu qu'une seule fois auparavant.
- Il est cassé, dit Mélaine.
Le pendentif était un cœur creux sans décor, un peu cabossé. Le pendentif avait été un médaillon, il manquait la partie frontale."
Lucie Bussereau, 6ème 3

Aucun commentaire: